03/09/2012

Feu de palmiers

DSC_0264 (Copier).JPG

Le pompier au travail

C’est en voyant de la fumée s’échapper du cœur d’un des palmiers de la Placette Mirabeau aux cabanes de Fitou, que samedi dans l’après-midi, les habitants des appartements situés à l’arrière, se sont décidé à appeler les pompiers.

DSC_0267 (Copier).JPG

Le pompier au travail

Ce sont les hommes du feu de Leucate qui sont arrivés rapidement pour constater qu’en effet le palmier se consumait. Ils étaient en train de s’occuper de ce palmier devenu dangereux avec le grand vent qui soufflait, qu’un deuxième palmier se mettait lui aussi à fumer!

DSC_0268 (Copier).JPG

Une partie du tronc calciné

A l’aide de la lance du ‘’dévidoir tournant’’ les sapeurs-pompiers ont noyé les foyers, ce qui ne devrait pas trop nuire à ces palmiers qui agrémentent la placette de leur beauté, et prodigue leur ombre appréciée en cas de grosses chaleurs. Quelques bancs étant installés pour les promeneurs fatigués, on peut se demander si quelqu’imprudents n’auraient pas confondu palmier et cendrier... 

24/03/2012

Un homme trouve la mort dans l'incendie de sa maison à Fitou

Le 24/03/2012 à 06h00 par Véronique Durand 

DSCF8793 (Copier).JPG

Éric Fourty était seul chez lui lorsque le sinistre s'est déclaré. Le canapé "clic-clac" s'est calciné dégageant d'épaisses fumées dans la pièce

C'est un terrible drame qui s'est produit dans la nuit de jeudi à vendredi à Fitou. Éric Fourty n'a pas survécu à l'incendie qui a ravagé sa maison, située dans la rue principale de Fitou. Cet homme de 37 ans, originaire de la commune, mécanicien garagiste, était rentré fatigué de sa journée de travail. Il s'est vraisemblablement endormi sur le canapé. Le cendrier posé sur la table basse indique qu'il fumait. Une cigarette mal éteinte pourrait être à l'origine du sinistre. Il semblerait donc que la mousse du canapé de type 'clic-clac' se soit consumée, dégageant d'épaisses fumées. L'incendie a ravagé le séjour et la cuisine, et Éric Fourty, réveillé, s'est dirigé vers la fumée pour sortir.

Le malheureux a brisé les carreaux, mais il n'a pu sortir, asphyxié.

DSCF8791 (Copier).JPG

La fenêtre qui a été brisée

Asphyxié par la fumée

Le centre de secours a été appelé peu après minuit par les voisins, alertés par une puissante fumée noire qui se dégageait de l'arrière de la maison, s'échappant de la vitre brisée.

Le centre de secours a immédiatement mis en branle de très importants moyens, en raison du fort soupçon d'une présence humaine dans la maison. Les casernes de Leucate, La Palme, Port-La Nouvelle et Narbonne ont été mises à contribution, ainsi que le Smur de Narbonne. Lorsque les pompiers sont intervenus, la chaleur était très intense, aucune flamme ne se dégageait de la maison envahie par les fumées.

Malgré la rapidité d'intervention, les pompiers n'ont pu que dégager le corps sans vie d'Éric Fourty, grièvement brûlé. Ce père de famille d'une jeune fille de 19 ans était seul, chez lui, cette nuit-là. Divorcé, il vivait avec une jeune femme qui avait, de son côté, une enfant.

DSCF8795 (Copier).JPG

Ce drame renvoie à l'incendie d'Argeliers cet hiver, qui a enlevé une maman à son petit garçon, l'enfant ayant échappé de peu au désastre.

Une autre personne, un ami, était également décédée dans ce sinistre, dont l'origine était aussi accidentelle.

Des exemples déchirants qui rappellent les consignes élémentaires de prudence : l'entretien rigoureux des appareils de chauffage, et l'installation au domicile d'un détecteur de fumée.

De nombreuses vies humaines seraient ainsi épargnées chaque année.